Le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Économie sociale et solidaire du Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg
  Recherche
 x Recherche avancée
  Accueil | Nouveautés | Newsletter | Liens | Vos réactions | Contact Aide | Index | A propos du site
      ImprimerEnvoyer à

> Accueil > Actualités > Articles et documents d'actualité > Février 2015 > Nicolas Schmit a présenté les grands dossiers pour 2015 en matière de travail et d’emploi lors d’une conférence de presse (13.02.2015)

Nicolas Schmit a présenté les grands dossiers pour 2015 en matière de travail et d’emploi lors d’une conférence de presse (13.02.2015)

Vers le niveau supérieur

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire, Nicolas Schmit, a présenté les grands dossiers en matière de travail et d’emploi lors d’une conférence de presse le vendredi 13 février 2015.

Tableau de bord du marché de l’emploi luxembourgeois

Le RETEL (réseau d’études sur le marché du travail et de l’emploi) vient de sortir le second numéro de son tableau de bord sur l’emploi. Ce tableau de bord trimestriel a pour objectif de présenter des indicateurs relatifs aux flux de main-d'œuvre (recrutements et fins de contrat) pour ainsi offrir une meilleure analyse de la dynamique du marché du travail luxembourgeois.

Ce nouveau numéro présente les chiffres pour la période allant de septembre 2013 à septembre 2014 : on observe 120 300 recrutements et 110 000 fins de contrat. On constate une augmentation de 1,5% pour les recrutements par rapport aux chiffres de juin 2013 à juin 2014, et une augmentation de 1% pour les fins de contrat.

Les nouveaux chiffres confirment que les secteurs réalisant le plus de recrutements sont le secteur du commerce, de la construction et de l'HORECA.

Comme annoncé, chaque numéro du tableau de bord propose un nouvel indicateur. Il s’agit cette fois-ci des flux de main-d’œuvre salariée selon le genre. On observe que, tous secteurs confondus, près d’un recrutement sur deux est attribué à une femme et près d’une fin de contrat sur deux concerne une femme. Une répartition des recrutements par secteur montre que certains secteurs ont un poids différent dans les recrutements des femmes et des hommes.

Bilan positif de la mise en œuvre de la Garantie pour la jeunesse

Concernant la Garantie pour la jeunesse le ministre souligne le bilan encourageant du dispositif, qui se traduit notamment par un recul des jeunes dans la part du chômage. Depuis le lancement de la Garantie pour la jeunesse fin juin 2014 jusqu’au 31 décembre 2014, 2741 jeunes ont intégré le parcours offert par l’Agence pour le développement de l’emploi (ADEM). . Le fait que 77% des inscrits restent dans ce programme montre que celui-ci est bien accueilli par les jeunes. Sur les 746 jeunes qui ont parcouru tout le programme de 4 mois, 523 (70%) ont reçu une offre de qualité : 325 (62%) ont trouvé un emploi, 168 (32%) ont intégré des mesures adaptées à leur situation individuelle et 30 sont retournés à l’école.

Selon le ministre ce dispositif illustre la performance de l’ADEM reformée : « La Garantie pour la jeunesse fonctionne. Elle sera encore renforcée et mieux coordonnée avec les mesures dans le domaine de l’éducation. » Dans une récente étude de l’OCDE le Luxembourg a d’ailleurs été identifié comme pays avec le taux le plus bas de jeunes ni étudiants, ni employés, ni en formation (NEET).

Des initiatives pour l’emploi de personnes âgées

Le ministre annonce de s’attaquer au chômage des personnes âgées : « Assurer l’emploi des personnes âgées représente un défis pour la société entière ». En renforçant davantage les ressources de l’ADEM avec l’embauche prévue de 22 personnes en 2015, celle-ci pourra alors offrir un service de meilleure qualité, notamment par un parcours personnalisé et adapté aux besoins des demandeurs d’emploi. Mais le ministre invoque aussi la responsabilité sociale des entreprises dans la matière.

Investir dans les capacités des gens

La place de la formation professionnelle sera encore renforcée. Les formations pour demandeurs d’emploi seront encore mieux adaptées aux besoins des secteurs porteurs du marché de l’emploi.

« Je ne veux pas mener une politique de subventionnement. Il faut investir dans les capacités des gens à s’adapter à un monde qui change. A cette fin je veux créer un droit à la formation pour les demandeurs d’emploi. »

Renforcer le dialogue social

Le ministre est optimiste que la loi sur le dialogue social sera encore votée avant l’été par la Chambre des Députés. En ce qui concerne les récentes discussions entre le gouvernement et les partenaires sociaux le Comité permanent du travail et de l’emploi présentera son rapport le 23 mars prochain. Des discussions entre l’Union des entreprises luxembourgeoises, le ministère et l’ADEM visent à mettre en œuvre le programme « Entreprises partenaires pour l’emploi » qui devrait se traduire par 5 000 embauches additionnelles de demandeurs d’emploi au cours des 3 prochaines années.

Priorités de la présidence luxembourgeoise du Conseil de l’Union européenne au second semestre de 2015 en matière d’emploi

« Investing in people », tel sera le slogan du ministre pour la future présidence luxembourgeoise du Conseil de l’UE en matière de l’emploi. « La priorité de l’Europe devrait être de réduire le chômage » a expliqué le ministre. A cette fin, l’économie sociale et solidaire devrait aussi être mise sur l’agenda politique de l’UE.

Le ministre a souligné que le dialogue social est aussi une partie intégrante de la future présidence luxembourgeoise. Lors de déplacements à Bruxelles le ministre a déjà pu rencontrer des représentants de la confédération patronale de l’UE (Business Europe) et la Secrétaire générale de la Confédération Européenne des Syndicats (CES), Bernadette Ségol, pour discuter des priorités de la future présidence luxembourgeoise en matière d’emploi.

Les préparations donnent aussi lieu à des échanges avec des représentants des institutions européennes comme avec les homologues des États-membres. Après une rencontre avec la commissaire européenne pour l'Emploi, les Affaires sociales, les compétences et la Mobilité des travailleurs, Marianne Thyssen, le ministre rencontra aussi le Vice-Président de la Commission, Frans Timmermans, pour coordonner le programme de la présidence avec la Commission.

Le ministre a annoncé qu’un séminaire sur la relance de l’Europe sociale sera organisé en collaboration avec la Fondation Notre Europe. Ce séminaire aura lieu le 17 juin 2015 au Luxembourg.

Nouveau programme opérationnel du Fonds social européen

Finalement, le ministre a présenté le nouveau programme opérationnel du Fonds social européen de la période 2014-2020 qui a été adopté par la Commission européenne en date du 12 décembre 2014.

Le budget alloué par l’Union européenne pour le nouveau programme est de 20 056 233 € pour toute la période de programmation. Avec un taux de cofinancement de 50% (contrepartie nationale publique de 50% et contrepartie de l’Union de 50%), le budget total disponible est de 40 112 446 €. Celui-ci est reparti sur trois axes prioritaires et sur cinq objectifs spécifiques.

Les investissements seront concentrés sur des objectifs plus concis et cibleront davantage les personnes qui ont le plus besoin d’un soutien, notamment les jeunes demandeurs d’emploi de moins de 30 ans (y jeunes bénéficiant du dispositif de la Garantie pour la jeunesse), les demandeurs d’emploi âgés d’au moins 45 ans, les personnes défavorisées (pour un renforcement de l’inclusion sociale) et les salariés âgés d’au moins 45 ans (pour l’acquisition de nouvelles connaissances en vue d’un maintien dans la vie active).

Le premier appel à candidatures pour la nouvelle période de programmation sera publié le samedi 28 février 2015 dans la presse nationale et sur le nouveau portail Internet www.fonds-europeens.public.lu qui sera mis en ligne le 16 février 2015.



Haut de page

Copyright © Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Économie sociale et solidaire   Aspects légaux | Contact