Le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Économie sociale et solidaire du Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg
  Recherche
 x Recherche avancée
  Accueil | Nouveautés | Newsletter | Liens | Vos réactions | Contact Aide | Index | A propos du site
      ImprimerEnvoyer à

> Accueil > Actualités > Articles et documents d'actualité > Juin 2015 > Réunion informelle des ministres de l’Emploi et des Affaires sociales à Luxembourg

Réunion informelle des ministres de l’Emploi et des Affaires sociales à Luxembourg

Vers le niveau supérieur

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire, Nicolas Schmit et le ministre de la Sécurité sociale, Romain Schneider ont présidé la réunion informelle des ministres de l’Emploi et des Affaires sociales le 16 juillet 2015 à Luxembourg dans le cadre de la Présidence du Conseil de l’Union européenne.

Renforcer la dimension sociale: vers une gouvernance économique équilibrée

La première session a porté sur "La dimension sociale dans le cadre de gouvernance de l’Union européenne". Les ministres de l’Emploi et des Affaires sociales se sont échangé, en présence de Marianne Thyssen, commissaire en charge de l’Emploi, des Affaires sociales, des Compétences et de la Mobilité des travailleurs, de Corinne Cahen, ministre de la Famille et de l'Intégration, ainsi que des représentants du Parlement européen, sur les prochaines étapes à mener pour renforcer la dimension sociale dans le cadre de gouvernance communautaire, et plus précisément de l’Union économique et monétaire.

La ministre Corinne Cahen a notamment souligné que: "Si nous voulons atteindre les objectifs de la Stratégie Europe 2020 en matière de lutte contre la pauvreté, nous devons assurer une meilleure coordination des politiques sociales et de l’emploi avec les politiques financières et économiques."

Ce renforcement de la dimension sociale est un élément clef du processus d’intégration et un pilier fondamental du consensus démocratique, y compris dans le contexte de la stratégie Europe 2020 de l’Union européenne en termes d’emploi et de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Il a été conclu qu’il faut donner davantage de considération à la clause sociale horizontale dans le domaine d’application du cadre de gouvernance des politiques économiques, financières et fiscales européennes ainsi que dans l’élaboration des programmes d’ajustement macroéconomique.

"Nous constatons que la gouvernance européenne peut être encore mieux adaptée pour promouvoir d’une manière équilibrée une compétitivité plus forte, une convergence structurelle et une croissance inclusive durable, tout en garantissant la cohésion sociale." a conclu le ministre Romain Schneider.

Emploi des jeunes et création d’emplois: au-delà de la Garantie pour la jeunesse

Lors du déjeuner de travail portant sur l’emploi des jeunes et création d'emplois les ministres ont souligné l'importance de renforcer le dispositif de la Garantie pour la jeunesse en offrant plus d’opportunités aux jeunes par l’apprentissage professionnel et la création d’emplois de qualité. Des programmes d'apprentissage en accord avec l'alliance pour l'apprentissage et inspirés de programmes tels que Erasmus Pro devraient constituer un élément important de la politique européenne de l'emploi. Par ailleurs, il importe d'encourager la mobilité au sein de l'Europe.

Des actions interministérielles doivent être renforcées par des initiatives des organisations de jeunes pour atteindre les jeunes les plus éloignés du marché du travail. Les ministres s'accordent à dire qu'il faut trouver les moyens de relancer la croissance. Des instruments tels que la microfinance sont des pistes qui peuvent encourager les petites et moyennes entreprises à créer de nouveaux emplois pour les jeunes. Sans croissance il n'y aura pas d'emplois.

Initiative de la Présidence luxembourgeoise pour l’emploi des jeunes par la formation professionnelle dans les pays du Maghreb

Lors de la deuxième session le ministre Nicolas Schmit a présenté à ses homologues européens et de l’Algérie, de la Tunisie et du Maroc un projet d’initiative de la Présidence luxembourgeoise pour l’emploi des jeunes par la formation professionnelle dans les pays du Maghreb.

Le chômage des jeunes est un fléau qui ne se limite pas aux frontières de l’Union européenne, mais qui touche aussi l’Algérie, la Tunisie et le Maroc. Cette initiative vise à joindre les forces pour soutenir les jeunes dans leur transition entre l’école et le monde du travail, notamment par une meilleure adéquation entre offre et demande de compétences sur le marché du travail. Cette initiative de la Présidence réunit les acteurs clés dont l’Organisation internationale du travail, la Banque européenne d’investissement, la Banque mondiale, l’Institut de la Méditerranée ou l’Union pour la Méditerranée qui ont été aussi présents à réunion informelle des ministres.

L’initiative a reçu un soutien prononcé des ministres réunis. Complémentaires aux programmes déjà existants, cette initiative vise à créer des synergies et à renforcer le partenariat entre l’Union européenne et les pays du Maghreb.

"Aujourd’hui nous envoyons un signal fort aux jeunes d’Europe et du Maghreb. Nous sommes fermement engagés dans le combat contre le chômage par l’investissement dans la formation professionnelle" a conclu Nicolas Schmit.

Communiqué par le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire et le ministère de la Sécurité sociale



Haut de page

Copyright © Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Économie sociale et solidaire   Aspects légaux | Contact